Éditer un livre : Tout savoir pour réussir sa publication

Le 19 juin 2024 , mis à jour le 8 juillet 2024 - 20 minutes de lecture
ecrivaine03

Introduction :

Éditer un livre est un projet passionnant, mais qui peut également s’avérer complexe et semé d’embûches. Afin de mettre toutes les chances de ton côté et réussir la publication de ton ouvrage, il est essentiel de bien te préparer et de suivre les étapes clés de l’édition. Dans cet article, nous te proposons un guide complet pour t’aider à éditer ton livre en toute sérénité.

1. Pourquoi éditer un livre ?

Éditer un livre permet de partager ses idées, ses histoires, son savoir-faire ou sa passion avec un large public. C’est aussi une manière de laisser une trace durable et de s’accomplir personnellement.

2. Les étapes clés de l’édition

Pour réussir la publication de ton livre, tu devras suivre plusieurs étapes :

  • A. préparation du manuscrit
  • B. choix du type d’édition
  • C. production du livre
  • D. promotion et distribution
  • E. les Aspects Juridiques et Financiers

Sans oublier l’aspect juridique et financier.

Première Partie : Préparation du manuscrit

1. Écrire un manuscrit de qualité

Pour que ton livre rencontre son public, il est important bien sûr de choisir un sujet, une histoire qui te passionne, qui t’habite pour que celle-ci suscite l’intérêt des lecteurs. Tu peux te renseigner sur les tendances du marché en consultant par exemple les avis des lecteurs sur des ouvrages similaires.

Mais tu peux aussi proposer ta propre vision, ton propre style, cela en fonction de ta personnalité, ta propre expérience personnelle mais aussi en fonction du public que tu veux toucher. 

Ou bien tu choisis simplement de te faire plaisir, sans te soucier de savoir si ton texte atteindra des lecteurs ^^.

 Le plaisir de lire ton texte dépendra aussi de ton style, ta manière de raconter et de ta capacité à immerger tes lecteurs et lectrices dans ton récit.

Tu peux prolonger la lecture concernant le style en te rendant sur cette page qui te donnera les principaux éléments de ce qui constitue le style en littérature: 

Une fois le sujet choisi, il est essentiel de structurer ton livre de manière claire et cohérente. Pour cela, tu peux par exemple créer un plan détaillé, diviser ton ouvrage en chapitres ou en parties, et veiller à la transition entre les différentes sections.

Quelques informations et conseils sur la façon de structurer son roman sur cet article bien complet:

Il existe des milliers de façons d’écrire. Cela peut aller de la méthode la plus libre et instinctive à la méthode la plus structurée.

Il existe, par exemple une méthode structurelle appelée la méthode dite du flocon de neige de Randy Ingermanson, que tu pourras trouver sur ce blog passionnant de la bêta lectrice: https://www.labetalectrice.com/2016/08/14/ecrire-un-roman-la-methode-du-flocon-de-neige/

2. Relecture et correction

L’autoédition commence une fois le manuscrit terminé mais nécessite avant tout une phase cruciale de relecture et de correction. Chaque auteur aborde cette étape différemment, mais tous doivent relire leur manuscrit avec, si possible, un regard le plus neuf possible.

Cette relecture personnelle aide à améliorer le fond avant de corriger les fautes d’orthographe et de grammaire. Cependant, même après de multiples relectures, un auteur peut passer à côté d’incohérences ou de détails importants. C’est pourquoi il est recommandé de faire relire le manuscrit par une autre personne, appelée bêta-lecteur.

Les bêta-lecteurs se concentrent sur le contenu de l’histoire, indépendamment des fautes linguistiques. Ils aident à repérer les incohérences, offrent des pistes d’amélioration, et fournissent des avis précieux sur l’intrigue et les personnages. 

Bien sûr on peut s’adresser à son cercle d’amis ou familiale mais choisir des bêta-lecteurs en dehors de son cercle proche est essentiel pour obtenir des retours impartiaux et constructifs. Des groupes Facebook et des réseaux d’entraide d’auteurs peuvent être utiles pour trouver des bêta-lecteurs sérieux.

 Accepter la critique est une étape difficile mais nécessaire. Les retours honnêtes et détaillés des bêta-lecteurs, même s’ils peuvent être difficiles à encaisser, sont indispensables pour améliorer le manuscrit. Tu dois te préparer à recevoir des critiques constructives et utiliser ces retours pour peaufiner ton œuvre.

Une fois les retours des bêta-lecteurs intégrés, la correction des fautes de grammaire et d’orthographe devient primordiale. La réputation de l’auteur auto-édité repose en grande partie sur la qualité linguistique de son texte. Bien que des erreurs puissent subsister, un effort maximal doit être fait pour les éviter.

Il existe de nombreux outils et logiciels de correction qui peuvent t’aider à détecter et à corriger les erreurs présentes dans ton manuscrit. N’hésite pas à te renseigner sur les différentes solutions disponibles et à les tester pour trouver celle qui te convient le mieux.

Par exemple, le logiciel Antidote peut t’aider dans cette tâche. Corriger soi-même demande du temps et de l’investissement. Pour ceux qui manquent de compétences linguistiques ou de temps, faire appel à un correcteur professionnel est une solution viable. Ce dernier apportera une correction minutieuse, garantissant que le texte est exempt de fautes avant sa publication.

Tu trouveras quelques pistes supplémentaires sur ce blog:

En somme, relire et corriger son manuscrit est un processus rigoureux et multi facettes. Il nécessite à la fois des efforts personnels et l’apport de bêta-lecteurs et, si possible, de professionnels. Cette démarche, bien que complexe, est indispensable pour garantir la qualité et le succès du livre auto-édité.

Deuxième Partie : Les différents types d’édition

1. L’auto-édition

L’auto-édition consiste à publier son livre par ses propres moyens, sans passer par une maison d’édition traditionnelle. L’auteur est alors responsable de l’ensemble des étapes de l’édition, de la préparation du manuscrit à la promotion et la distribution de l’ouvrage.

L’auto-édition présente plusieurs avantages, tels qu’une plus grande liberté créative, des délais de publication réduits, et la possibilité de percevoir des droits d’auteur plus élevés. Toutefois, elle implique également des contraintes, comme la nécessité de prendre en charge l’ensemble des coûts liés à l’édition, et la difficulté de bénéficier d’une large visibilité et d’une distribution en librairie.

Pour certains auteurs, l’auto-édition est un choix délibéré, qui leur permet de conserver leur indépendance et de maîtriser l’ensemble du processus d’édition. Pour d’autres, elle peut constituer une contrainte, faute de parvenir à trouver une maison d’édition traditionnelle qui accepte de publier leur ouvrage.

2. L’édition à compte d’auteur

L’édition à compte d’auteur consiste à faire appel à une entreprise qui prend en charge l’ensemble des étapes de l’édition. Mais attention, dans ce cas tu dois payer une partie ou parfois même la totalité des coûts engendrés (notamment pour la relecture et la fabrication) . Les coûts varient en fonction des prestations proposées et des caractéristiques de l’ouvrage (nombre de pages, format, etc.).

L’édition à compte d’auteur permet de bénéficier de l’expertise et du savoir-faire de personnes qualifiées, tout en conservant une certaine liberté créative. Toutefois, elle implique des coûts parfois élevés, et ne garantit pas une large visibilité et une distribution en librairie.

Avant de contacter ces entreprises d’édition à compte d’auteur, nous te conseillons de te renseigner directement auprès d’autrices/auteurs ayant fait appel à leurs services, la qualité de leurs compétences étant très variable, voire parfois inexistante…

Tu trouveras plus d’informations et de conseils sur cette page:

https://www.coollibri.com/blog/edition-a-compte-auteur-bonne-ou-mauvaise-idee

3. L’édition traditionnelle

Pour tenter de publier ton livre via l’édition traditionnelle, tu dois soumettre ton manuscrit à des maisons d’édition. Il est important de bien cibler les éditeurs en fonction de leur ligne éditoriale et de bien préparer ton dossier de soumission, comprenant généralement une lettre de présentation, un synopsis et les premiers chapitres de ton ouvrage.

Les maisons d’édition reçoivent de nombreux manuscrits et ne peuvent en publier qu’une partie. Le processus de sélection est donc rigoureux et peut prendre du temps. Les éditeurs évaluent la qualité littéraire de l’ouvrage, son potentiel commercial et sa cohérence avec leur ligne éditoriale.

Voici quelques conseils pour bien présenter ton manuscrit: https://www.scribinfo.fr/conseils

et pour cibler le bon éditeur:

Sélectionner une maison d’édition

Pour augmenter tes chances de succès, il est essentiel de bien choisir les maisons d’édition auxquelles tu soumettras ton manuscrit. Prends le temps de te renseigner sur leur ligne éditoriale, leurs publications récentes et leur réputation dans le milieu littéraire.

La lettre de présentation et le synopsis sont des éléments clés de ton dossier de soumission. La lettre de présentation doit être personnalisée, présenter brièvement ton ouvrage et expliquer pourquoi tu as choisi de le soumettre à cette maison d’édition en particulier. Le synopsis, quant à lui, résume l’intrigue ou le contenu de ton livre de manière concise et attractive.

Avant de signer un contrat d’édition, il est important de bien le lire et de vérifier certains points clés, tels que la durée du contrat, les modalités de cession des droits d’auteur, le montant des royalties et les engagements respectifs de l’auteur et de l’éditeur en matière de promotion et de distribution.

Les droits d’auteur sont la rémunération que perçoit un auteur en contrepartie de la cession de ses droits sur son œuvre à un éditeur. Les royalties, quant à elles, représentent un pourcentage du prix de vente hors taxes (HT) de chaque exemplaire vendu, reversé à l’auteur. Le montant des droits d’auteur et des royalties est négocié entre l’auteur et l’éditeur et varie en fonction de plusieurs facteurs, tels que la notoriété de l’auteur, le potentiel commercial de l’ouvrage et les pratiques du secteur.

Tu trouveras plus d’informations ici:

Collaboration avec l’éditeur

Dans le cadre de l’édition traditionnelle, l’éditeur prend en charge l’ensemble des étapes de l’édition, de la préparation du manuscrit à la promotion et la distribution de l’ouvrage. 

Il apporte son expertise et son savoir-faire pour garantir la qualité de la publication et maximiser ses chances de succès.

L’éditeur et l’auteur collaborent étroitement lors des phases de correction et de réécriture du manuscrit. L’éditeur propose des pistes d’amélioration, des modifications ou des coupes, et l’auteur est libre d’accepter ou de refuser ces suggestions. Il est important de maintenir un dialogue constructif et respectueux tout au long de ce processus.

Troisième Partie : La production du livre

1. Mise en page et design

La mise en page, c’est un peu comme la tenue de soirée de ton livre. Elle doit être soignée pour rendre la lecture agréable. Un bon design peut vraiment faire la différence !

Tu peux faire appel à un professionnel pour un résultat impeccable ou, si tu te sens l’âme créative, utiliser des outils en ligne comme par exemple, Canva ou Omnibook (une application française de qualité) pour du ebook ou Adobe InDesign ou Scribus, qui est gratuit, pour le livre physique.

Omnibook: https://omnibook.com/fr/tous-les-modèles

2. Couverture du livre

La couverture est primordiale car souvent c’est la première impression que peut donner le livre. Elle est visuelle et immédiate. Elle doit être accrocheuse et donner envie d’y plonger à coeur ouvert.

Il ne faut donc bien sûr pas la négliger.

L’IA ? On oublie. 

Tout d’abord il y a les problèmes de droits d’auteurs car , pour l’instant d’un point de vue européen, la génération d’images par IA ne donne pas le droit de t’approprier l’image générée.

Plus d’informations ici: 

https://www.august-debouzy.com/fr/blog/2068-ia-et-droit-dauteur-premiere-decision-judiciaire-en-europe-republique-tcheque

Ensuite d’un point de vue moral, cela nous paraît quelque peu irrespectueux de se servir du travail et des créations de milliers d’artistes pour au final générer une image sans une juste compensation financière vis à vis de ces mêmes artistes.

Et enfin, aujourd’hui de nombreux auteurs utilisent les IAs pour leurs couvertures, amenant une triste uniformité des visuels avec souvent des résultats douteux, très éloignés du contenu du livre.

Alors, oui, faire appel à un graphiste ou illustrateur est un coût, mais c’est un passage nécessaire pour obtenir un travail de qualité, sincère, sensible, et surtout, avec une réelle personnalité.

3. Impression, formats, et écologie

Tu peux opter pour un livre papier, un e-book, ou les deux. Chaque format a ses avantages, donc pourquoi ne pas les combiner ?

Le livre papier bien sûr est celui qui demande le plus de travail car il te faudra trouver l’imprimerie qui te conviendra (tarifs, prestations qui correspondent à tes attentes, etc …) et gérer les échanges avec l’imprimeur.

Pour imprimer ton livre tout en prenant en compte le plus possible les contraintes environnementales, il y a plusieurs pistes. 

Tout d’abord tu peux imprimer en France ce qui limitera l’emprunte carbone. Certaines imprimeries ont des tarifs pas si éloignés que ceux d’autres pays européens.

Ensuite il y a aussi l’impression à la demande que certaines imprimeries françaises proposent. Cela te permet de gérer au plus près ton stock par rapport à tes commandes.

Enfin, quel support, numérique ou papier, est le plus écologique ?

La réponse n’est, comme souvent, pas si évidente.

En voici une : https://www.numerama.com/pop-culture/1187502-liseuse-ou-livre-papier-quel-est-le-plus-ecolo.html

Le papier est l’un des éléments essentiels dans la production de livres, et son impact environnemental est significatif. Voici quelques approches pour rendre ce choix plus écologique :

  • Papier Recyclé : Utiliser du papier recyclé est l’une des méthodes les plus évidentes pour réduire l’impact environnemental. Le papier recyclé réduit la demande en bois neuf, préserve les forêts et nécessite moins d’énergie et d’eau pour sa production par rapport au papier vierge.
  • Certification FSC et PEFC : Les certifications du Forest Stewardship Council (FSC) et du Programme for the Endorsement of Forest Certification (PEFC) garantissent que le papier provient de forêts gérées de manière durable. Ces certifications assurent également des pratiques respectueuses des travailleurs et des communautés locales.
  • Papier Sans Chlorine (TCF) : Le papier blanchi sans chlorine (Total Chlorine Free – TCF) évite l’utilisation de composés chlorés qui peuvent libérer des dioxines nocives dans l’environnement.

Les encres utilisées pour l’impression peuvent contenir des substances chimiques nocives. Cependant, des alternatives écologiques existent :

  • Encres Végétales : Fabriquées à partir d’huiles végétales (comme le soja), ces encres émettent moins de COV (composés organiques volatils) que les encres traditionnelles à base de solvants.
  • Encres à Base d’Eau : Utilisées principalement pour l’impression numérique, ces encres sont moins polluantes et plus faciles à recycler.

Les avancées technologiques jouent un rôle clé dans la réduction de l’empreinte carbone de l’impression de livres :

  • Impression à la Demande (POD) : Cette technologie permet d’imprimer les livres uniquement lorsqu’ils sont commandés, réduisant ainsi le gaspillage et les stocks excédentaires. Elle optimise également l’utilisation des ressources en limitant les invendus et les retours.
  • Impression Numérique : Plus flexible et moins gourmande en ressources pour les petites séries, l’impression numérique offre une alternative écologique à l’impression offset traditionnelle.

Certaines imprimeries ont une gestion des déchets et du recyclage plus responsable que d’autres pour une production de livres plus respectueuse de l’environnement :

  • Recyclage des Déchets de Papier : Les imprimeurs peuvent recycler les chutes de papier et autres déchets de production pour minimiser le gaspillage.
  • Recyclage des Encres et Produits Chimiques : Les imprimeurs doivent également veiller à recycler ou à éliminer correctement les encres et les produits chimiques utilisés dans le processus d’impression.

Plus d’infos ici: https://www.imprimvert.fr/

Les Imprimeurs Écologiques : Pionniers de l’Impression Verte

Les imprimeurs écologiques sont à l’avant-garde des pratiques durables dans l’industrie de l’impression de livres. Voici quelques-unes des initiatives et pratiques qu’ils adoptent :

  • Utilisation de Matériaux Durables : Les imprimeurs écologiques privilégient l’utilisation de papiers recyclés ou certifiés FSC/PEFC et d’encres végétales ou à base d’eau, comme mentionné précédemment.
  • Équipements Énergétiquement Efficaces : Ils investissent dans des équipements d’impression modernes et énergétiquement efficients, réduisant ainsi leur consommation d’énergie et leurs émissions de gaz à effet de serre.
  • Réduction des Déchets : Ces imprimeurs mettent en place des systèmes de gestion des déchets efficaces, y compris le recyclage des chutes de papier et le traitement approprié des encres et des solvants usagés.
  • Compensation Carbone : De nombreux imprimeurs écologiques participent à des programmes de compensation carbone pour neutraliser les émissions inévitables, par exemple en soutenant des projets de reforestation ou des initiatives d’énergie renouvelable.
  • Transparence et Certification : Ils sont souvent certifiés par des labels écologiques et fournissent des rapports transparents sur leurs pratiques et leurs impacts environnementaux. Des certifications comme Imprim’Vert en France garantissent le respect de critères environnementaux stricts.
  • Innovation Continue : Les imprimeurs écologiques investissent dans la recherche et le développement pour découvrir de nouvelles façons de rendre leurs processus encore plus durables, comme l’utilisation de bioplastiques pour les couvertures de livres ou le développement de nouvelles encres biodégradables.

Quatrième Partie : La promotion et la distribution

Les réseaux sociaux et les blogs sont tes meilleurs amis pour promouvoir ton livre. Crée une page dédiée, partage des extraits et interagis avec tes lecteurs. Cela te permettra de fidéliser tes lecteurs et de créer ta communauté autours de tes œuvres.

Organise des événements et des séances de dédicaces pour rencontrer ton public.

Ces évènements peuvent se dérouler dans les festivals, salons, librairies ou espaces culturels des supermarchés.

Assure-toi avant de les contacter ou de répondre à leur proposition, qu’ils pratiquent un travail sérieux de communication en amont :  posts sur leurs comptes réseaux sociaux bien suivis, affichages, etc … car dans la cas contraire, tu n’auras que des lecteurs de passages, présents par hasard, et souvent peu enclins à s’arrêter pour découvrir des auteurs/trices inconnu(e)s.

 Mais dans tous les cas, rien de tel qu’un contact direct pour créer du buzz autour de ton livre et faire connaître ton travail, ton univers personnel.

Et il y a bien sûr les salons, festivals, etc …, intéressants car tu rencontres sur ces lieux un public ouvert à la découverte et présent pour la même raison que toi : l’amour des livres ! ^^

Tu peux chercher des partenariats avec des distributeurs et des réseaux de librairies pour élargir la portée de ton livre. Mais cela a un coût que tu devras intégrer dans ton calcul du prix.

Cinquième Partie : Les Aspects Juridiques et Financiers

1. Droits d’auteur et propriété intellectuelle

Les droits d’auteur protègent ton œuvre. Assure-toi de bien comprendre comment ils fonctionnent pour éviter les mauvaises surprises.

Tu trouveras des informations sur le droit d’auteur ici: https://www.sgdl.org/sgdl-accueil/le-guide-pratique/le-droit-d-auteur

2. Aspects financiers

Il faut bien réfléchir, avant de décider de te lancer dans l’édition de ton livre, à l’investissement nécessaire et au modèle économique sur lequel ton projet va s’appuyer.

Ainsi par exemple, il faut prévoir dans ton projet (si tu passes bien par toutes ces étapes) les différents coûts qui t’amèneront à déterminer le prix de ton livre et ainsi sa rentabilité:

  • la relecture
  • la mise en page
  • la couverture
  • l’impression
  • la livraison
  • coût de l’emballage+coût du transporteur
  • commission de la plateforme de vente.
  • si tu veux te rémunérer il faut bien sûr prévoir ta part en prenant en compte les charges sociales (généralement autours de 25%) et fiscales qui seront déduites.
  • éventuellement la TVA.

N’oublie pas aussi que la participation à des salons, festivals, évènements littéraires a un coût non négligeable.

Que ce soit pour les livres papier ou ebook , le dépôt légal et l’obtention d’un ISBN sont des étapes obligatoires et indispensables pour, notamment, la distribution et le référencement.

Tu trouveras toutes les informations nécessaires ici:


Voilà, j’espère que cet article t’aideras à y voir plus clair.

Si tu veux en savoir plus sur l’édition indépendante, il existe une fédération. N’hésite pas à aller jeter un œil sur leur site: https://www.fedei.fr/

Et pour la distribution de tes œuvres, n’oublie pas qu’il y a maintenant une plateforme dédiée aux indépendants.

Jettes-y un œil, l’inscription et le dépôt de tes œuvres à la vente sont gratuits !

à bientôt.

Joubert Vincent

Voir les publications de l'auteur